Style

Un dîner avec Jean Paul Gaultier, une visite privée chez Coco Chanel… Les lots d’exception mis aux enchères pour le Sidaction

Des dîners en tête à tête avec Line Renaud ou Jean Paul Gaultier, des robes haute couture, des modèles exclusifs jamais commercialisés, des visites privées des maisons Hermès, Balenciaga et Alaïa… Une quarantaine de lots d’exception seront mis aux enchères du 28 au 31 janvier. C’est le Sidaction, dont la vice-présidente n’est autre que Line Renaud, qui la met en œuvre.

En vidéo, “Jean Paul Gaultier se défile”, extrait du documentaire

“Il ne faut pas baisser la garde”

Présidée par Françoise Barré-Sinoussi, virologue qui a découvert le virus du sida, l’association de lutte contre le VIH ne peut organiser cette année son traditionnel «dîner de la mode» en raison de la pandémie. L’événement clôture habituellement les défilés de haute couture à Paris et permet de recueillir des fonds en faveur de la recherche contre la maladie.

L’an dernier, la soirée, qui figure parmi les grands événements caritatifs internationaux, avait permis de récolter 780.000 euros. Avec la vente, qui aura lieu en ligne sur le site de Drouot Digital, en partenariat avec la Fédération française de la couture et de la mode, chacun espère mobiliser à nouveau et largement les mécènes.

Le dîner de la mode pour le Sidaction en 2019

Parmi les lots à découvrir sur le compte Instagram @fashionforsidaction, une visite privée des appartements de Coco Chanel, une peinture de Christian Lacroix, un meuble du styliste Rick Owens et une robe Jean Patou des archives couture de la célèbre griffe, avec son croquis d’origine.

Ainsi, le couturier Jean Paul Gaultier, ambassadeur du Sidaction s’est exprimé, afin de mobiliser l’attention : «Les dons pour la recherche contre le sida sont en baisse. Il ne faut pas baisser la garde». Avant d’ajouter : «En lieu et place du dîner de la mode, nous organisons cette vente aux enchères avec des lots d’exception afin que la recherche contre le sida continue, malgré la pandémie du Covid». Et de conclure : «Il n’y a toujours pas de vaccin contre le sida. Il ne faut pas l’oublier et il faut continuer à se protéger».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *