Beauté & Bien-être

Taches, rides, teint… Les soins à pratiquer à l’abri du masque

Quitte à devoir porter un masque quotidiennement, certaines femmes peuvent en tirer avantage. Après tout, il protège aussi de la pollution, des rayons UV, du regard d’autrui, permet d’alléger le maquillage. Et si c’était l’occasion de pratiquer ces petites retouches longtemps différées par manque de temps ou par peur des marques ? Avec des traitements moins agressifs que le bistouri, la médecine esthétique est très efficace pour retarder les outrages des ans, stimuler les tissus de soutien, limiter le relâchement et conserver un joli teint…

J’ai des taches

Comme une femme sur cinq. Ce dérèglement de la pigmentation dû à l’âge, aux UV, aux hormones est l’un des plus difficiles à traiter en cosmétique. Le meilleur remède, c’est la prévention ! Chez vous, n’attendez pas de miracles, mais avec de la patience et de la régularité, on peut les éclaircir et réduire le nombre des taches si elles sont très récentes. Les actifs les plus efficaces : tous les antioxydants, notamment la vitamine C, la niacinamide, les AHA et BHA (acides glycolique, kojique, phytique, dioïque…), l’arbutine, la licorice, le thiamidol… mais pour les effacer, cap chez le médecin.

La solution esthétique

«Quand il s’agit de lentigos (taches de vieillesse), une séance de laser Nd:Yag Q-Switched suffit en général pour traiter le visage complet et/ou les mains, indique Thierry Michaud, dermatologue. Des croûtes perdurent pendant une semaine (deux sur les mains), et l’éviction solaire est indispensable (à partir de 150 € la séance). Si les lentigos sont diffus avec une peau abîmée par le soleil, la lumière polychromatique peut être une bonne solution (à partir de 250 € la séance, trois séances en moyenne). Les peelings dépigmentants sont proposés en dernier recours, car leurs résultats ne sont pas garantis (à partir de 200 €).»

À lire aussi » Le peeling : pourquoi tout le monde s’arrache ce soin pour le visage

En vidéo, ces stars qui assument leurs rides

Mon cou se frippe

Peau très fine, peu de glandes sébacées, des tensions constantes, la tête penchée sur les écrans… Si on ne veut pas porter le collier de Vénus trop tôt, on prend l’habitude d’appliquer ses soins jusqu’au décolleté. Le bon geste : masser de bas en haut avec le plat de la main, puis effectuer de petits pincements.

La solution esthétique

En prévention, à partir de 35-40 ans, Marie-Thérèse Bousquet, médecin esthétique, préconise des produits légers comme les skinboosters (acide hyaluronique réticulé) ou de la mésothérapie (acide hyaluronique + vitamines), qui vont estomper la ride naissante. Sur peau plus costaude, des injections d’acide hyaluronique sur toute la zone, avec des séances de radiofréquence, vont permettre de bloquer les cassures et de stimuler les tissus de soutien. À faire en deux séances, avec un entretien tous les six mois. Après 50 ans, des injections d’acide hyaluronique pas trop dense améliorent la peau, lui apportent de la souplesse, mais l’empreinte de la ride aura tendance à persister. Pour redonner de la densité, les skinboosters et la mésothérapie sont là aussi recommandés deux fois par an, tout comme la radiofréquence, qui en chauffant les tissus de soutien retexturise la peau.

Des séances de laser ablatif non fractionné apportent une petite rétractation, grâce à son action de tightening. Quand la peau devient trop relâchée, un léger lifting reste l’alternative la plus efficace. Pour les injections, deux ou trois séances sont nécessaires, comptez 300 € la séance.

Des soins dermato

Maquillage Maria Olsson. Coiffure Mickaël Jauneau.

Mes lèvres fondent

Dès la quarantaine, la bouche s’amincit, pâlit et le fameux code-barres apparaît. Même si on voit moins de bouches airbag, attention quand même au geste de trop. Surtout, il faut considérer l’ensemble du visage pour conserver l’harmonie des traits.


La solution esthétique

Pour Nelly Gauthier, médecin esthétique, c’est en intervenant tôt que l’on peut enrayer le processus, en injectant un acide hyaluronique peu volumateur, spécifique pour cette zone constamment en mouvement. Placé directement dans le bord de la lèvre pour le réourler, il raffermit le contour de la bouche tout en gardant son aspect naturel. Il apporte un volume souple, indispensable à cet endroit. Plus tard, «à partir de la cinquantaine, c’est un traitement global qu’il faut élaborer avec la patiente, poursuit la médecin. Avec des injections d’acide hyaluronique volumateur et projetant, on traite conjointement le bord des lèvres, les coins de la bouche, s’ils se sont inversés, ainsi que les sillons nasogéniens, qui font partie de l’unité du bas du visage (à partir de 500 € la séance). Pour traiter la peau relâchée et le plissé soleil (lèvre blanche), on a recours à différentes méthodes de resurfacing (Plexr), en fonction des besoins (à partir de 600 €).»

À lire aussi » Pourquoi il est essentiel de soigner ses lèvres tous les jours

J’ai l’air triste

Même si votre cœur déborde d’énergie et de bienveillance, le pli d’amertume ou ride de la marionnette vous transforme en bouledogue. Cette ride verticale, qui part des commissures des lèvres et descend vers le menton, est plus difficile à traiter que les sillons nasogéniens.


La solution esthétique

«Pour contrer le relâchement de cette zone qui entoure la bouche, les injections d’acide hyaluronique sont la solution privilégiée, confirme Thierry Michaud, dermatologue. Quand le pli est débutant, on injecte le bas du visage avec un produit pas trop dense pour ne pas alourdir la zone. Des séances de radiofréquence sont également possibles pour redensifier progressivement la peau (à partir de 150 € la séance, avec un entretien annuel). Sur une personne un peu plus âgée et plus marquée, il faut envisager ce traitement dans le cadre d’une correction globale de l’ovale, avec un produit plus volumateur, qui redonne du soutien dans la partie supérieure du visage (à partir de 500 € la séance). Et quand le relâchement est plus accentué, seule la chirurgie peut rendre le sourire.»

Un coup de frais

Quelques travaux d’aiguilles, des soins pointus, et le tour est joué.

Mon nez tombe

On ne s’en rend pas toujours compte, mais au fil des ans, le bout du nez plonge et se rapproche des lèvres. En effet, l’os du nez s’érode et, même là, la peau perd de son élasticité. Du coup, le nez s’allonge et donne l’air «méchant».

La solution esthétique
Pour y remédier, Nelly Gauthier, médecin esthétique, injecte un acide hyaluronique volumateur et projetant à trois niveaux, très profondément juste au-dessus de l’os pour recréer le pilier de la pointe du nez, puis en dessous des narines pour relever cette partie qui ne tient plus, et enfin une goutte superficielle en trompe-l’œil juste au bout pour donner l’impression que le nez est plus haut. Toutefois, si le nez est très busqué, la chirurgie peut s’avérer plus adaptée avec un résultat définitif. Avec ce traitement par injections, le résultat tient entre dix-huit et vingt-quatre mois, parfois davantage (à partir de 500 € la séance).

Mon teint est gris

Fatigue, stress, tabac, pollution… La perte d’éclat n’a pas d’âge pour sévir et la quête du glow, symbole de peau jeune et saine, est la grande obsession du moment, signant le grand retour, entre autres, de la vitamine C, championne de la radiance.


La solution esthétique

Pour redonner de l’éclat à une peau encore jeune, Marie-Thérèse Bousquet, médecin esthétique, conseille un traitement de luminothérapie (Kleresca Rejuvenation), qui donne de bons résultats tout en étant très confortable. Autre possibilité, l’IPL (ou lumière pulsée) qui, en agissant sur la composante vasculaire du derme, offre une belle lumière au teint et agit sur les rougeurs (dès 150 € la séance). Comptez trois séances à un mois d’intervalle, puis deux fois par an, sauf sur peau bronzée (300 € la séance).

À partir de 45-50 ans, si le teint manque de fraîcheur, une séance de laser C02 fractionné est un bon «déclencheur d’amélioration» qui permet de booster la peau, de la remettre en tension et d’améliorer nettement le teint. Les suites (peau rouge et gonflée, qui peluche) durent une bonne semaine, et les résultats sont visibles au bout de trois. Si des taches sont présentes en plus, un peeling TCA (trichloracétique) est plus indiqué. Le résultat ? Une peau plus uniforme, moins de ridules et des pores resserrés (à partir de 400 € la séance).

Envisager l'avenir et agir par petites touches

Maquillage Maria Olsson. Coiffure Mickaël Jauneau.

Mon visage est carré


Avec le temps, on perd de l’os, la graisse fond et glisse vers le bas. Le cône de jeunesse s’inverse et le V devient U. Seul le lifting peut vraiment remonter les pentes mais, selon Oliver Claude, chirurgien plasticien, on peut agir avant.


La solution esthétique

« Pour lutter contre un relâchement un peu marqué, un plan de traitement à base d’acide hyaluronique dense donne de beaux résultats pendant douze à dix-huit mois : trois zones (pommettes, tempes et ligne mandibulaire) sont injectées pour restaurer le soutien de la peau, redessiner l’ovale et supprimer les traces d’émotions négatives du visage (à partir de 500 € la séance). L’option des fils résorbables est envisageable dès 35 ans, quand le relâchement est encore léger, si besoin en association avec des injections d’acide hyaluronique. Passé 45 ans, ce combo de techniques demeure efficace, mais avec davantage de fils (à partir de 2 000 €) et un plus grand nombre d’injections. Les résultats perdurent autour de deux ans.»
Toujours des doutes, des questions sur la médecine et la chirurgie esthétique ? Le livre J’y vais, j’y vais pas, d’Isabelle Sansonetti (1), répond à toutes vos interrogations de façon simple, précise, sérieuse et raisonnable.

(1) J’y vais, j’y vais pas, d’Isabelle Sansonetti, JC Lattès, 224 pages, 18 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *