Style

Ralph Lauren, son geste fort contre l’homophobie

Ralph Lauren, intraitable et sans concession face à l’homophobie. La griffe américaine a officialisé, dans un communiqué publié vendredi 15 janvier, la rupture de son partenariat avec le golfeur Justin Thomas. En cause, l’insulte homophobe proférée par l’athlète américain et captée par un micro de télévision, après un putt manqué lors d’un tournoi professionnel qui se jouait à Hawaï six jours plus tôt. «Nous croyons dans la dignité de tous les êtres humains, indépendamment de leur âge, race, genre, groupe ethnique, affiliation politique ou orientation sexuelle», a déclaré la marque. Elle ajoute : «Nous sommes consternés par le langage récent de M. Thomas, qui est totalement incompatible avec nos valeurs.»

À lire aussi » “Je vais continuer à partager l’amour” répond Jacquemus à l’homophobie

Des excuses qui ne passent pas

Le partenariat entre la marque et le golfeur de 27 ans avait commencé en 2013, mais qu’importe la durée de cette amitié, le mot de la fin ne s’est pas fait attendre. Et ce malgré les excuses présentées par Justin Thomas, en direct sur la chaîne Golf Channel. «Tout d’abord, je m’excuse. Je suis un adulte. Je n’ai absolument aucune raison de dire quoi que ce soit de ce genre. C’est terrible, avait-il déclaré avant d’ajouter, je suis extrêmement gêné. Ce n’est pas le genre de personne que je suis ou le genre de chose que je fais.» Mais il en faudra plus à Ralph Lauren. Dans son communiqué, la marque précise : «alors que nous reconnaissons qu’il s’est excusé tout en avouant la sévérité de ses propos, il est un ambassadeur rémunéré de notre marque et ses actions sont en conflit avec la culture inclusive que nous nous efforçons de défendre.» En effet, pas plus tard qu’en 2020, le géant de la mode s’engageait pour la communauté LGBTQ+ avec une capsule aux couleurs de l’arc-en-ciel. Une collection non-genrée nommée «We Stand Together», dont une partie des bénéfices ont été reversés à la fondation Stonewall Community.

Ralph Lauren semble toutefois disposé à laisser une seconde chance au golfeur. Généreuse, elle lui souffle même une idée pour se racheter. «Nous espérons que Mr Thomas fera le travail dur et nécessaire pour s’associer à nouveau avec nous, écrit-elle à la fin de son communiqué. En réfléchissant vraiment à cet incident, en apprenant, grandissant et, au bout du compte, en utilisant sa plateforme pour promouvoir l’inclusion.» La balle est dans son camps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *