Cuisine

La bergamote, ce fruit acidulé méconnu, très prisé en temps de pandémie

Depuis plusieurs semaines, l’on constate un engouement croissant sur les moteurs de recherche pour la bergamote, à ne pas confondre avec le citron bergamote (variété de citron doux). Au-delà de la saisonnalité de ce fruit qui se consomme en janvier et en février, cette curiosité soudaine pourrait s’expliquer par ses vertus apaisantes, selon Laure Bernard, naturopathe de profession, sans oublier d’évoquer ses saveurs acidulées idéales pour relever thés, tisanes, poissons et viandes. Pour mieux connaître ce fruit étonnamment bon pour l’organisme et les papilles, la spécialiste nous en dévoile tous les secrets.

Un zeste plus amer et acide que le citron

Fruit du bergamotier, la bergamote trouve ses racines en Italie dans la région de Calabre – située au sud du pays – qui représente 85% à 90% de sa production mondiale. Peu fréquent en grandes surfaces, on rencontre principalement cet agrume dans les épiceries et magasins bio. Il se distingue de son cousin le citron grâce à son allure moins protubérante et sa surface plus lisse : «La forme de la bergamote ressemble à celle d’une orange, décrit Laure Bernard, sa peau est également moins granuleuse». Ce fruit verdâtre lorqu’il est jeune, et jaune à maturité, se différencie également de son congénère par son goût plus prononcé : «Du côté des saveurs, la bergamote est nettement plus amère que le citron. En bouche, on ressent davantage son acidité».

Excellent agent digestif et puissant anti-stress

Consommer de la bergamote sous forme de tisane apporterait des bienfaits considérables à notre corps et à notre esprit, d’après la naturopathe. L’infusion de son zeste soulage les troubles du transit et les crampes d’estomac mais lutte aussi efficacement contre le stress, l’anxiété et l’agitation du sommeil. Des vertus apaisantes particulièrement recherchées par les temps qui courent. «En ces temps de pandémie, l’isolement et la restriction conduisent au stress, à l’anxiété, voire la dépression. La bergamote permet de soulager durablement ces nuisances», estime Laure Bernard. «Pour des résultats visibles, buvez trois infusions à la bergamote par jour, sur une période de deux à trois semaines», conseille-t-elle. Il suffit pour cela de laisser infuser trois à cinq minutes quelques zestes de bergamote dans une tasse à thé d’eau préalablement chauffée à 100 degrés. Une recette naturelle, accessible à tous.

Le nouvel arôme en vogue

Au delà des classiques bonbons «Bergamotes de Nancy», l’arôme du fruit doit notamment son succès à la consommation croissante des tisanes et de thés : «Ces boissons, reconnues pour leurs bienfaits, sont de plus en plus en vogue et on y croise beaucoup la bergamote», observe la naturopathe. Son ascension ne s’arrête pas ici puisque, selon Laure Bernard, l’agrume est désormais très prisé des restaurateurs : «Dans les restaurants, on accompagne de plus en plus les plateaux de fruits de mer avec un quartier de bergamote», nous apprend-t-elle, avant de poursuivre, «elle a la même fonction que le citron ; son jus vient relever les saveurs iodées du plateau mais avec plus de fraîcheur». Cette touche à la fois amère et acidulée fait aussi son effet en pâtisserie, où son arôme est travaillé comme la fleur d’oranger. L’experte en naturopathie de noter que les madeleines à la bergamote sont les nouvelles gourmandises dont raffolent petits et grands.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *