Déco & Design

Inspiration déco’ : Une villa à Saint-Barthélemy

Le Saint-Barth' de Christian Liaigre

La piscine d’eau douce côté jardin.

Vingt-six showrooms dans le monde, des chantiers chez les plus grands (Abramovitch, Lindbergh, Ian Schrager, Gagosian, la famille Samsung…), des pépites passées par son agence (François Champsaur, India Mahdavi, Patrick Gilles, Tristan Auer…), Christian Liaigre peut être fier d’incarner une success story à la française. Mais il préfère l’ombre à la lumière… Voix posée, posture affable, l’architecte d’intérieur est à l’image de ses créations, rassurantes, sobres, surtout pas bling. Bois séculaires, rigueur masculine, monochromes intemporels, il s’inscrit dans la tradition des ensembliers, un savoir-faire français qu’il a contribué à remettre au goût du jour début 1990, prenant le contre-pied du design industriel. À l’occasion de la sortie d’un beau livre chez Flammarion* célébrant ses trente ans de création, il dévoile en avant-première pour Madame Figaro l’une de ses réalisations à Saint-Barthélemy et partage avec nous ses affinités électives.

Saint-Barthélemy. « J’ai deux îles dans ma vie : Ré et Saint-Barthélemy. La première m’a vu grandir ; j’ai découvert la seconde il y a vingt ans. Depuis, j’y ai un point d’ancrage. On y croise les puissants de ce monde délestés de leurs artifices. C’est la simplicité et la douceur de vivre qu’ils viennent chercher. J’ai pensé cette maison (photos ci-dessus) en m’inspirant de cet état d’esprit. Elle appartient à l’un des plus grands marchands d’art américains, mais n’a absolument rien d’ostentatoire. Ne cherchez même pas d’œuvres sur les murs  ! Comme m’a très justement dit mon client : “J’ai mes galeries pour ça !” »

Matériau signature. « Le bois est l’un de mes fétiches. J’ai reçu une éducation très terrienne, et, avant de dessiner des meubles, j’ai élevé des chevaux pendant dix ans, que je montais dans les forêts vendéennes, une aubaine pour me familiariser avec l’immense variété des essences d’arbre. Je me souviens aussi des grumes qui arrivaient au port de La Rochelle ; j’étais fasciné par leur provenance, Amérique du Sud, Scandinavie, Afrique…, et leur variété, veinage, couleur… C’est comme ça que j’ai découvert le wengé  ! J’ai eu l’idée de l’utiliser alors que c’était la mode du bois blond. Une singularité qui a contribué à faire connaître mon travail. »

Déclic artistique. « Rien ne me prédisposait à être architecte, jusqu’au jour où un professeur de dessin de La Rochelle a décrété que j’étais fait pour les Beaux-Arts. J’ai enchaîné avec l’École nationale des Arts déco et, pour arrondir mes fins de mois, j’enseignais le dessin à l’académie Charpentier. Entre deux cours, on avait l’habitude de se retrouver au Dôme, à Montparnasse ; c’est là que j’ai rencontré Giacometti. Grâce à lui, j’ai visité l’atelier de Brancusi. Un grand moment. Après cette rencontre, j’ai créé, en hommage au sculpteur, le tabouret Nagato, devenu l’un de mes best-sellers ! »

Savoir-faire. « Le bois, le cuir sont des matériaux qui demandent une attention particulière. Ce n’est pas un hasard si j’ai confié la réalisation de mes premiers footstools aux bottiers du Cadre noir (Saumur). Pour le bois, je réfléchis toujours à de nouveaux traitements, cherchant à obtenir des aspects inattendus, surprenants. L’amour du travail bien fait est sans doute lié à mes racines terriennes. Le luxe, le vrai, est celui dont les valeurs de respect et de sincérité sont palpables. »

Éloge de l’ombre. « La découverte de l’Asie, fin 1980, m’a fait prendre conscience de l’infinie profondeur des nuances sombres ; je me suis très vite senti en phase avec cette esthétique de la pénombre, merveilleusement décryptée par Tanizaki. Plus récemment, un projet pour les Samsung (à découvrir dans le livre, NDLR), grands collectionneurs d’art, m’a permis d’approfondir les subtilités de la culture coréenne, une culture bien plus ancienne que la nôtre. Quel raffinement  ! » 

* Liaigre, 12 projets, à paraître le 14 janvier aux éditions Flammarion, 360 p., 640 photos.
 

Le Saint-Barth' de Christian Liaigre

À lire aussi :

En Floride, le tropical chic selon Paola Navone
À Buenos Aires, une maison de rêve qui dialogue avec la nature
Vincenzo de Cotiis, architecte de l’émotion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *