Cuisine

Hélène Darroze et Clare Smyth, deux femmes chefs triplement étoilées, une première dans l’histoire du Guide Michelin

Longtemps réservée à une élite masculine, la haute-gastronomie semblerait enfin se réformer et s’ouvrir aux femmes chefs. Ce lundi 25 janvier à 18 heures, le Guide Michelin, référence culinaire ultime, a dévoilé à distance, via son site YouTube, son palmarès 2021 pour la Grande-Bretagne et l’Irlande. Et deux femmes se sont imposées cette année : la française Hélène Darroze et la britannique Clare Smyth, qui sont les deux seules à obtenir cette récompense suprême. «Les femmes ne sont pas une catégorie à part dans le Michelin, il n’est pas question de quota. On récompense le talent», a rappelé au Monde le directeur international du Guide, Gwendal Poullennec.

À lire aussi » Guide Michelin 2021 : 18 restaurants étoilés à moins de 30 euros

«C’est avec une immense émotion et une grande fierté que je reçois cette récompense. Mes premières pensées vont à mes équipes […] et à tous les petits fournisseurs avec qui nous travaillons et notamment les merveilleux producteurs britanniques qui ont besoin de soutien en ce moment et sans lesquels la bonne cuisine ne serait pas possible», a déclaré une Hélène Darroze chamboulée et émue dans un communiqué de presse, déjà récompensée de deux étoiles pour Marsan, son restaurant parisien. La chef de 53 ans, qui partage son temps entre la France et la Grande-Bretagne, a repris en 2008 le Connaught, un hôtel de luxe situé dans le quartier de Mayfair à Londres.

De son côté, la britannique Clare Smyth est à la tête du restaurant Core, installé depuis 2017 dans le quartier de Notting Hill, à Londres. Fille d’un agriculteur et d’une serveuse, cette chef de 42 ans a travaillé aux côtés des plus grands, notamment du très médiatique Gordon Ramsay, avant d’ouvrir son propre. Depuis, elle enchaîne les récompenses : meilleure femme chef 2018 dans le classement World’s 50 Best Restaurants, deux étoiles au Guide Michelin en 2019. Et depuis l’ouverture de son restaurant, il faut s’armer de patience pour pouvoir y déguster ses produits locaux et sa cuisine raffinée. «Je n’ai jamais osé rêver que ça puisse m’arriver», a-t-elle réagi à la suite de l’annonce des résultats.

Une consécration féminine

Jusqu’à leur triomphe de lundi, sur les 130 chefs à avoir trois macarons dans le monde, seules cinq étaient des femmes : Anne-Sophie Pic, Elena Arzak, Annie Féolde, Nadia Santini et Dominique Crenn. Soit un nombre extrêmement réduit. «Je suis fière d’obtenir ces trois étoiles en tant que femme, et en tant que Britannique», a déclaré Clare Smyth au Monde. Un engouement partagé par Hélène Darroze : «Ce n’est pas tous les jours facile en cuisine, mais il faut croire en sa passion, en sa féminité.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *