Beauté & Bien-être

Détox émotionnelle : les méthodes qui marchent pour nettoyer les “toxines de l’âme”

Depuis un an, que d’émotions ! Et pas vraiment positives. «Plus que la peur du virus, c’est de l’isolement dont les gens souffrent le plus, témoigne le Dr Antoine Lesur, psychiatre spécialiste des émotions et de la détresse. Cette émotion fondamentale, douloureuse et méconnue, déclenchée par l’absence de l’autre et la perte des repères sociaux, peut déboucher sur la panique, la colère, voire la tristesse. Elle peut aussi se comporter comme un saboteur interne et susciter des excès en tout genre : grignotage, consommation excessive d’alcool et d’autres substances.» Ainsi, dans la rue, tout le monde est à fleur de peau. On sait que les Français ont augmenté leur consommation de somnifères et de tranquillisants depuis les confinements. SOS Amitié croule sous les appels, et on a aussi constaté plus d’accidents corporels.

Soigner son réseau

Pour le Dr Lesur, tous ces troubles émotionnels ne sont pas de l’ordre de la pathologie mais méritent qu’on les apaise. À l’animal social que nous sommes, il recommande toutes les activités favorisant le lien avec les autres, mais les échanges de vidéos comiques, les cours de cuisine ou les apéritifs en ligne trouvent vite leurs limites. «Cours de gym, de méditation, de relaxation, de yoga… Tout ce qui peut réconcilier le corps et l’esprit a alors son intérêt», confirme le médecin. «Les émotions négatives, il faut les libérer, les faire remonter comme des bulles de champagne plutôt que de les balayer sous le tapis», estime Abigail Mary Taugwalder, coach holistique et enseignante de yin yoga et de yoga nidra au Studio Bloom. Elle y donne des cours en ligne tous les matins et participe à la maison du bien-être Holissence au Bon Marché, à Paris. Parfois, le fait de suivre des chemins plus singuliers et de surprendre son corps peut aider à se motiver… En voici trois qui secouent un peu.

À lire aussi » Six rituels pour retrouver un meilleur équilibre physique et émotionnel

En vidéo, “Selfcare” : comment favoriser les pensées positives

Digérer le négatif avec la méthode du Dr Habib Sadeghi

Le who’s who

Rescapé d’un cancer à l’âge de 17 ans, ce médecin holistique californien fait un malheur aux États-Unis avec son livre, Détox émotionnelle, paru aux Éditions Le cherche midi. Anne Hathaway, Jessica Chastain, Penélope Cruz, Demi Moore, Javier Bardem, Emily Blunt, Stella McCartney…, on ne compte plus les célébrités qui suivent ses préceptes. La plus accro, Gwyneth Paltrow, a rédigé la préface.

Le discours de la méthode

Le Dr Sadeghi a mis au point un programme en douze étapes pour se débarrasser de ces toxines émotionnelles. «Les meilleures habitudes de vie ne suffisent pas à assurer une bonne santé, affirme-t-il, car celle-ci découle non pas de ce que l’on mange mais de ce que l’on digère biologiquement et psychiquement.» Selon lui, si les émotions négatives ne sont pas «traitées», elles vont stagner et croupir au lieu de nous traverser, et vont résonner au niveau cellulaire. Pour les purger, il faut les neutraliser jour après jour grâce à un système interne de recyclage.

Pourquoi ça fait du bien ?

«On renoue avec une existence apaisée et positive», déclare l’auteur. Tout en se responsabilisant. Peur, colère, jalousie, tristesse, déception, rancœur…, il faut commencer par accepter ses émotions négatives au lieu de s’en détourner, de les nier ou de toujours reporter la faute sur les autres. Et comme on ne peut pas dissocier le physique du psychique, sa méthode consiste à nettoyer d’abord le corps, puis le mental.

Acte 1. Pendant cinq jours, on suit la cure DI ou «cure de désaturation intentionnelle», qui détoxifie le corps, réduit la congestion des organes les plus affectés par des sentiments tels que la rancœur ou la colère : le foie, la vésicule biliaire, les poumons, les reins et le pancréas. Le principe, consommer un seul ou quelques aliments, mais en grande quantité : pommes rouges coupées en lamelles ou râpées ; sardines fraîches ou en conserve (à l’huile d’olive) ; un ou deux bols de riz complet par jour, eau citronnée tous les matins et pendant la journée. Chaque jour, des aliments fermentés : kimchi, choucroute, miso, tempeh, kéfir, kombucha, rejuvelac (boisson fermentée aux graines germées). On supprime la caféine, y compris celle des sodas. On mange beaucoup le matin et de moins en moins au fil des heures, en laissant l’organisme au repos pendant douze heures. Outre son effet sur le système digestif, cette cure favoriserait la libération d’ocytocine ,une des hormones du bonheur.

À lire aussi » Boissons fermentées : le nouvel élixir de jouvence

Acte 2. On nettoie le mental avec une purge émotionnelle par l’écrit ou exercice PEE 12. Prenez un papier, un stylo (surtout pas d’ordinateur) et, pendant douze minutes chrono, écrivez tout ce qui vous vient, sans réfléchir, sans vous soucier de l’orthographe et de la ponctuation. Notez ce qui vous tracasse, librement, sans censure. Il n’y a pas de mauvais thèmes, de mauvais mots, même très durs, du moment qu’ils ne sont pas dirigés contre vous-même. Au bout de douze minutes, brûlez ces pages sans vous relire. Effectuez l’exercice pendant cinq jours.

Le podcast à écouter

Reprendre son souffle avec le breathwork antistress de Susan Oubari

Le who’s who

Ex-fashionista survoltée devenue maître reiki et coach spirituel après un petit burn-out, cette belle Américaine, Parisienne depuis plusieurs années, a créé Breathe in Paris, des ateliers pour (ré)apprendre à respirer et à lutter contre l’anxiété, grâce au breathwork. «Si on sait maîtriser son souffle, on peut maîtriser sa vie», résume-t-elle en riant.

Le discours de la méthode

Le breathwork est une technique de respiration antistress puissante, issue du new age, que la créatrice a associé à de la méditation et du reiki. Il se pratique allongé sur un tapis, guidé par des instructions et de la musique. Le cours commence par une pause méditative pour se recentrer avant d’entrer dans le vif du sujet : des exercices respiratoires intenses par la bouche, qui amènent à une hyperventilation volontaire. Cette forte oxygénation de l’organisme provoque des picotements, des frissons, la tête qui tourne, mais libère l’énergie bloquée. Des soins de reiki sont pratiqués pendant cette phase respiratoire. Après un moment de relaxation, le lâcher-prise est total, et l’on se sent à la fois détendue et pleine d’énergie…

Pourquoi ça fait du bien ?

«On utilise le souffle pour lever les blocages et créer une libération émotionnelle, explique la créatrice.
On est alors plus alignée, plus dans le présent, moins réactive aux contrariétés quotidiennes.» Au fur et à mesure, le breathwork augmente la confiance en soi, stimule le système immunitaire et digestif, améliore le sommeil et l’éclat de la peau. Attention, les exercices d’hyperventilation ne doivent pas être pratiqués sans accompagnement. Cette pratique est aussi déconseillée en cas de grossesse et de problème de santé. En revanche, les séances de respiration sont toujours bénéfiques.

Deux exercices à faire chez soi

Soupirez pour vous aider à y voir plus clair : inspirez par le nez pendant trois secondes, puis expirez par la bouche sur cinq secondes, en relâchant le haut du corps.

Utilisez le souffle pour retrouver du calme : inspirez par le nez en gonflant le bas du ventre, élargissez les côtes et montez la poitrine. Expirez lentement en dégonflant le ventre. À faire sept fois de suite.

Séance de breathwork en ligne sur susanoubari.com. À lire Breathwork. Respirez pour changer, de Susan Oubari et Émilie Veyretout (Éditions Flammarion).

Devenir plus forte avec Wim Hof, la thérapie par le froid

Le who’s who

Surnommé «l’homme de glace», Wim Hof s’est fait connaître par des démonstrations de résistance au froid. Son parcours initiatique a débuté dans les années 1990, après la disparition précoce de sa femme. Pour lutter contre son chagrin, ce Hollandais a découvert les bienfaits du froid en allant courir en montagne un hiver, vêtu d’un simple maillot de bain. À partir de 2011, sa méthode, validée par des études, est enseignée un peu partout dans le monde.

Le discours de la méthode

Pas question de plonger sans entraînement dans un bain glacé ! Cette méthode s’appuie sur des exercices de respiration et une préparation mentale intense. «Cela doit se faire progressivement, explique Alexandre Wanlin, instructeur à Bordeaux. Avec un vrai travail de concentration (visualisation des étapes) et de respiration (de grandes inspirations consécutives et une phase d’apnée).» Pour débuter, s’exposer à l’extérieur en hiver, puis passer aux douches froides. Tentée par l’immersion complète ? Le bain froid se pratique dans une eau entre 5 °C et 10 °C, ou autour de 0 °C pour un bain glacé. Un entraînement suivi et régulier est bien sûr indispensable. Il ne faut jamais le faire seule ni se forcer.

Pourquoi ça fait du bien

S’exposer au froid «permet de se reconnecter à son corps, poursuit ce spécialiste. Au niveau mental, c’est un dépassement de soi. Cela apprend à maîtriser nos réactions de stress, et cet inconfort rend plus fort». Le système immunitaire, le tonus, la concentration vont également s’améliorer. En cas de grossesse, de pathologies cardiovasculaires, d’épilepsie, cette méthode est bien sûr contre-indiquée.

Deux exercices à faire chez soi

En hiver : sortez en maillot de bain (sur votre balcon ou dans votre jardin). Commencez par une ou deux minutes, puis augmentez progressivement la durée.

Terminez vos ablutions par une douche froide cinq jours par semaine. La première semaine pendant 15 secondes, la deuxième pendant 30 secondes, jusqu’à une minute.

Plus d’infos : sur les sites wimhofmethod.com et alexandrewanlin.com, et l’appli Wim Hof téléchargeable sur Google Play et App Store.

À lire aussi » Stress, fatigue, minceur… et si le froid extrême pouvait tout changer ?

Le podcast à écouter

Les rituels d’Abi

Pour apprivoiser vos émotions, Abigail Mary Taugwalder, coach holistique, propose deux techniques.

Les mots antimaux

Chaque matin, écrire sur un papier trois choses positives pour lesquelles on éprouve de la gratitude, et le soir, dans le lit, plutôt que de ruminer sur ce qu’on n’a pas fait ou mal fait, énumérer dans sa tête trois choses qu’on a accomplies et réussies, même les plus anodines.

Le bodyscan

Chaque soir, libérer le chakra de la gorge, bloqué à cause du masque. S’asseoir quelques instants, pieds bien à plat, colonne vertébrale allongée, menton parallèle au sol. Faire le check-in de chaque partie du corps. S’arrêter sur chacune d’elles en pleine conscience. «Comment je me sens ? Est-ce que je suis tendue ou pas ? Est-ce que j’ai mal ?» À chaque halte, inspirez par le nez pour abaisser le diaphragme, puis expirez par le ventre. Retour au calme assuré. Et pour favoriser le sommeil, diffusez des huiles essentielles de cèdre.

Changer d’air

Stéphanie Brillant publie L’incroyable pouvoir du souffle, aux éditions Actes Sud. Elle a créé l’académie du souffle, où elle dirige une master class.

Pourquoi le souffle est-il si puissant ?

C’est une télécommande entre le cerveau et le système nerveux sympathique et parasympathique. Si l’on veut gérer ses états intérieurs, il faut apprendre à s’en servir. La méditation fait peur à plein de gens, mais la respiration, c’est très simple. Elle permet très facilement de changer de chaîne émotionnelle.

Mais on ne peut pas vivre sans émotions…

Surtout pas, mais la peur, le stress, la douleur ne doivent pas s’installer et prendre le dessus sur vos vies. Le souffle permet de faire un grand ménage à l’intérieur de soi. En respirant bien, on peut se débarrasser en quelques semaines des troubles de l’humeur et de nombreux petits maux du quotidien.

Comment commencer ?

L’essentiel est de ne pas avoir une respiration poison. Il est important de comprendre comment on fonctionne. Commencez par observer votre rythme respiratoire. Plus il est rapide, plus on est tendue. Il faut avant tout le ralentir. L’idéal serait d’arriver à moins de douze respirations par minute. Si vous êtes en situation de stress et qu’on vous dit «respire», surtout n’inspirez pas. Il faut expirer, se vider, souffler le plus longtemps possible. On peut aussi allumer une bougie et souffler doucement pour faire danser la flamme (stephaniebrillant.com).

En vidéo, 5 exercices de respiration pour se détendre avant une réunion importante

Bulle zen

A priori, les grands magasins ne sont pas le meilleur endroit pour se détendre. Sauf Le Bon Marché, à Paris, qui a installé une bulle de bien-être au premier étage, au cœur de l’espace lingerie. Jusqu’au 28 février, la Maison Bien-Être Holissence y propose non seulement une sélection de produits pour la paix des corps et des âmes, mais accueille également un studio de yoga, de Pilates, un espace massage, un coin master class et des consultations privées avec des experts : naturopathie, shiatsu, sound healing, coaching holistique, soins reiki… Et quand il s’agit de sélectionner les bonnes personnes, Élodie Jacquemond, madame Holissence, se trompe rarement.

Consultations privées à partir de 90 €. Massage kobido ou gua sha, à partir de 110 €. Master class à partir de 49 €.

Réservations : holissence.com/lebonmarche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *